Nicolas Sarkozy, le candidat flambeur

Les « sages » ont rejeté le compte de campagne de Sarkozy pour dépassement du plafond de dépenses autorisé, absence de sincérité et financement irrégulier. Une décision qui fait date.

Nicolas Sarkozy n’a pas tout à fait tort. En soulignant, le 4 juillet, dans un communiqué publié sur son compte Facebook, combien la décision du Conseil constitutionnel concernant le financement de sa campagne présidentielle crée une « situation inédite », l’ancien chef de l’État a pris la mesure de l’événement. Jusqu’ici, les « sages » du Palais-Royal s’étaient contenté de rejeter les comptes de campagne de deux candidats mineurs : Jacques Cheminade (1995) et Bruno Mégret (2002). En 1995, sous la houlette…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents

Campagne d’appel à dons

Appel à dons : Politis a besoin de vous !
Consultez la page dédiée à la campagne

YesYes se tient plus que jamais à votre service !

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notfications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.