Obama n’oublie pas l’histoire noire

« Une histoire qui ne disparaît pas », a-t-il ajouté.

L’acquittement du vigile George Zimmerman, qui a tué en Floride début 2012 l’adolescent noir Trayvon Martin, a scandalisé la communauté afro-américaine des États-Unis. Si Barack Obama a appelé à respecter la décision du jury au nom de « l’État de droit », il a toutefois déclaré, dans une intervention au ton très personnel : « Il y a trente-cinq ans, j’aurais pu être Trayvon Martin ». Et d’ajouter : c’est là « une histoire qui ne disparaît pas »…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 5€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents

Campagne d’appel à dons

Appel à dons : Politis a besoin de vous !
Consultez la page dédiée à la campagne

YesYes se tient plus que jamais à votre service !

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notifications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.