Le mauvais cheval du PS

Le bureau national a décidé de soutenir la candidature de Martin Schulz (SPD) à la présidence de la commission européenne.

Le bureau national du PS a décidé, le 8 octobre, précipitamment et sans vrai débat, de soutenir la candidature de Martin Schulz (SPD) à la présidence de la commission européenne. Un choix étonnant qui, contrairement aux dires de Catherine Trautmann, n’a pas recueilli l’unanimité. Emmanuel Maurel, Julien Dray et Marie-Noëlle Lienemann s’y sont opposés, tandis que les membres du courant de Benoît Hamon n’y ont pas pris part. Président du Parlement européen à la suite d’un marchandage PPE-PSE, Martin Schultz…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Je choisis un pack
Achetez un pack de crédits
pour accéder à cet article.
Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents