Allemagne : La grande coalition entre les mains des militants

Le SPD a conclu un accord de gouvernement avec le parti de Merkel,soumis au vote des adhérents. Correspondance de Berlin, Rachel Knaebel.

Rachel Knaebel  • 5 décembre 2013 abonné·es

«Ce sont les plus pauvres des travailleurs qui profiteront de cet accord », assurait Andrea Nahles, secrétaire générale du parti social-démocrate allemand (SPD), le 29 novembre à Dresde, en Saxe. Depuis la signature d’un accord de gouvernement entre le SPD et les conservateurs (la CDU d’Angela Merkel et le parti de droite bavarois CSU), le 27 novembre, les responsables sociaux-démocrates arpentent le pays pour en faire la promotion auprès de leurs militants. Car le SPD a soumis à condition sa participation à une nouvelle « grande coalition » : la majorité de ses 470 000 adhérents devra se prononcer pour [^2]. C’est une première dans l’histoire de la République fédérale allemande. Les militants ont jusqu’au 12 décembre pour transmettre leur décision à la centrale du parti. En cas de « oui », Merkel sera réélue chancelière par le Bundestag le 17 décembre, près de trois mois après les élections.

À Dresde, dans l’est de l’Allemagne, où les salaires sont particulièrement bas, la secrétaire générale du SPD insiste sur la principale réussite de son

Envie de terminer cet article ? Nous vous l’offrons !

Il vous suffit de vous inscrire à notre newsletter hebdomadaire :

Vous préférez nous soutenir directement ?
Déjà abonné ?
(mot de passe oublié ?)
Monde
Temps de lecture : 6 minutes