Les « gentrifieurs » à l’assaut de Paris

La capitale s’est vidée de ses classes populaires. La géographe Anne Clerval analyse cette évolution, résultat d’un processus plus complexe qu’il n’y paraît.

La « gentrification » parisienne, néologisme formé à partir du mot anglais gentry, que l’on peut traduire par « bonne société », synonyme de raréfaction des classes populaires dans Paris intra-muros (et même désormais dans certains quartiers de la petite couronne), « n’est pas un accident ». Fait incontestable aujourd’hui, c’est une « forme de violence sociale, de dépossession » et, plus largement, un processus « par lequel l’espace urbain central est adapté à l’état actuel des rapports sociaux » .…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 5€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Droit à l’avortement, cause universelle

Éditorial accès libre
par ,

 lire   partager

Articles récents

Campagne d’appel à dons

Appel à dons : Politis a besoin de vous !
Consultez la page dédiée à la campagne

YesYes se tient plus que jamais à votre service !

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notifications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.