Printemps électoral pour les ripoux

Quand ils n’ont pas été réélus haut la main, ils ont été plébiscités par les électeurs.
Politis  • 27 mars 2014
Partager :

Racistes, homophobes, malhonnêtes… Quand ils n’ont pas été réélus haut la main, ils ont été plébiscités par les électeurs. À l’extrême droite, Jacques Bompard, toujours poursuivi pour « prise illégale d’intérêt », l’a emporté dès le premier tour à Orange. Non loin de là, à Aix-en-Provence, l’UMP Maryse Joissains est également bien partie, nonobstant sa récente garde à vue dans une affaire d’emplois fictifs et de détournements de fonds. À Cholet, Gilles Bourdouleix, condamné pour « apologie de crime contre l’humanité » pour avoir estimé « qu’Hitler n’[avait] peut-être pas tué assez [de Roms] », a carrément frôlé la réélection au premier tour. Quant à Serge Bechter, bras droit de Dassault mis en examen pour achat de votes, il court, lui aussi, droit vers la victoire à Corbeil ! La palme revient à Patrick Balkany, multirécidiviste du 9-2, récemment mis en cause dans une affaire de fraude fiscale. C’est que le monsieur, qui rempile pour un 5e mandat, a de l’humour : « Si on n’investit que ceux qui n’ont pas été condamnés par la justice, on n’a plus de candidats dans les Hauts-de-Seine. » On se marre !

Les échos
Temps de lecture : 1 minute
Soutenez Politis, faites un don !

Envie de soutenir le journal autrement qu’en vous abonnant ? Faites un don et déduisez-le de vos impôts ! Même quelques euros font la différence. Chaque soutien à la presse indépendante a du sens.

Faire Un Don