Resnais, l’audace du chercheur

Le réalisateur d’ Hiroshima mon amour et d’ On connaît la chanson , décédé à l’âge de 91 ans,  a inventé des formes pour dévoiler ce que l’on n’avait pas encore vu.

Christophe Kantcheff  • 4 mars 2014 abonné·es

La mort a pris Alain Resnais, à 91 ans, alors qu’il travaillait au film qui devait succéder à Amour, boire et chanter , en salles le 26 mars prochain. Son titre : Arrivée et départ . Plutôt littéral, puisque l’action se serait située dans une gare. Mais on peut aussi l’entendre autrement : comme le résumé d’une vie, à la manière d’Alain Resnais, tout en ellipse et légèreté.

C’est ainsi qu’on a aimé le voir, depuis vingt ou vingt-cinq ans, contrairement à l’image d’intello qu’il « traînait » à ses débuts, comme un homme délesté de toutes les pesanteurs. Les films de sa dernière période, disons depuis Smoking/No smoking (1993), y

Envie de terminer cet article ? Nous vous l’offrons !

Il vous suffit de vous inscrire à notre newsletter hebdomadaire :

Vous préférez nous soutenir directement ?
Déjà abonné ?
(mot de passe oublié ?)
Cinéma
Temps de lecture : 4 minutes