Total investit (de plus en plus) dans l’éducation

Plan d’austérité oblige, les socialistes au gouvernement ouvrent les portes du service public d’éducation au géant pétrolier Total. Aurélie Filippetti, ministre de la Culture, et Valérie Fourneyron, son homologue à la Jeunesse et à l’Éducation populaire, ont signé à tour de bras des partenariats public-privé avec l’un des plus gros pollueurs de la planète. Après avoir lâché, en juin 2013, une obole de 4 millions d’euros pour financer la réforme des rythmes scolaires, Christophe de Margerie, PDG de la…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Je choisis un pack
Achetez un pack de crédits
pour accéder à cet article.
Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents