La libération des complotistes

La libération des otages en Syrie au lendemain de la démission d’Aquilino Morelle a réveillé l’imagination des complotistes de tout poil.
Politis  • 24 avril 2014
Partager :

La libération de nos quatre journalistes otages en Syrie au lendemain de la démission d’Aquilino Morelle a réveillé l’imagination des complotistes de tout poil. Un twittos « anti-gauche », qui prétendait faussement que la démission de Cahuzac le 18 avril 2013 (en fait le 19 mars) avait déjà été suivie le lendemain de la libération des otages du Cameroun, a été dupliqué 330 fois. Y compris par des élus… de gauche réputés sérieux. Ce qui donne la mesure du crédit du pouvoir. Ils s’imaginent que l’Élysée conservait au frigo dans ses sous-sols nos quatre confrères ? On a même vu un éditorialiste économique (très libéral) les conforter dans leur délire : « Ce n’est pas la première fois que des libérations d’otages interviennent opportunément dans l’actualité », a tweeté Nicolas Doze, qui officie sur les chaînes de BFM, avant d’effacer son écrit, celui-ci ayant été « mal vécu ». Sans excuses ni remords.

Les échos
Temps de lecture : 1 minute
Soutenez Politis, faites un don !

Envie de soutenir le journal autrement qu’en vous abonnant ? Faites un don et déduisez-le de vos impôts ! Même quelques euros font la différence. Chaque soutien à la presse indépendante a du sens.

Faire Un Don