Finkielkraut et le « jihadisme diffus »

Son discours ressemble à s’y méprendre à celui des amis de Marine Le Pen.
Politis  • 12 juin 2014
Partager :

Ne lui parlez ni de populisme ni de fascisme. Selon Alain Finkielkraut, invité lundi de la « Matinale » de France Inter, le vrai séisme qui fait trembler « l’Europe de la paix et de la sécurité », ce n’est pas la montée de l’extrême droite mais le « jihad ». La preuve avec la tuerie du Musée juif de Bruxelles. « On voit s’installer un jihadisme diffus dont les Juifs sont les premières cibles », s’alarme-t-il. Un phénomène rendu possible, selon lui, par une « politique migratoire européenne inconsidérée ». Antisémitisme, menace jihadiste, invasion migratoire, « invasion malheureuse », le nouvel académicien dit certes n’avoir aucune sympathie pour le Front national, mais son discours ressemble à s’y méprendre à celui des amis de Marine Le Pen.

Les échos
Temps de lecture : 1 minute
Soutenez Politis, faites un don !

Envie de soutenir le journal autrement qu’en vous abonnant ? Faites un don et déduisez-le de vos impôts ! Même quelques euros font la différence. Chaque soutien à la presse indépendante a du sens.

Faire Un Don