Finkielkraut et le « jihadisme diffus »

Son discours ressemble à s’y méprendre à celui des amis de Marine Le Pen.

Ne lui parlez ni de populisme ni de fascisme. Selon Alain Finkielkraut, invité lundi de la « Matinale » de France Inter, le vrai séisme qui fait trembler « l’Europe de la paix et de la sécurité », ce n’est pas la montée de l’extrême droite mais le « jihad ». La preuve avec la tuerie du Musée juif de Bruxelles. « On voit s’installer un jihadisme diffus dont les Juifs sont les premières cibles », s’alarme-t-il. Un phénomène rendu possible, selon lui, par une « politique migratoire européenne inconsidérée ».…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Ouvrez les fenêtres, lisez la presse indépendante

Tribunes accès libre
par ,

 lire   partager

COP 26 : la fin du blabla ?

Écologie
par ,

 lire   partager

Articles récents

Campagne d’appel à dons

Appel à dons : Politis a besoin de vous !
Consultez la page dédiée à la campagne

YesYes se tient plus que jamais à votre service !

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notifications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.