Le fait maison : un label inutile

La cuisine d’assemblage et le mijoté d’usine ont encore de beaux jours devant eux.

Il existait déjà le label maître restaurateur (créé en 2008) et celui de restaurant de qualité (2013). Les restaurants peuvent en présenter un troisième avec le label « fait maison », dont le décret a été publié le 13 juillet. En l’espèce, il s’agit d’un logo noir représentant grossièrement une casserole surmontée d’un toit. Un logo qui pourra s’afficher à la carte en face de chaque plat « préparé sur place ». Si le consommateur risque de se perdre dans la multiplication des labels, celui-ci manque…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Je choisis un pack
Achetez un pack de crédits
pour accéder à cet article.
Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents