Un passé qui ne passe pas

Robert Ménard et son ex-adversaire de l’UMP, le député Élie Aboud ont déposé ensemble « une gerbe à la mémoire des Français massacrés à Oran le 5 juillet 1962 ».
Politis  • 10 juillet 2014
Partager :

Robert Ménard, maire d’extrême droite de Béziers, main dans la main avec son ex-adversaire de l’UMP, le député Élie Aboud. La scène est racontée dans Minute, qui rapporte comment Ménard (dont le père était à l’OAS) et Aboud ont déposé ensemble, samedi, « une gerbe à la mémoire des Français massacrés à Oran le 5 juillet 1962 ». Un élu de la droite républicaine réactivant avec Ménard de vieilles haines recuites : une maladresse ? « C’est un acte que j’ai bien mesuré. Je ne regrette pas ma présence », a souligné Aboud. Lequel n’a pas moufté quand Ménard, qui a fini en larmes son ode à l’Algérie française, a affirmé que « c’est la France qui a donné une existence à ce qui n’était qu’une juxtaposition de tribus vaguement gouvernées par les Turcs ». Décidément, l’UMP drague en eaux troubles.

Les échos
Temps de lecture : 1 minute
Soutenez Politis, faites un don !

Envie de soutenir le journal autrement qu’en vous abonnant ? Faites un don et déduisez-le de vos impôts ! Même quelques euros font la différence. Chaque soutien à la presse indépendante a du sens.

Faire Un Don