À Bobigny, un maire qui ne chôme pas

Une enquête de Marianne a révélé que l’édile percevait, depuis son élection 1 500 euros d’indemnités chômage…
Politis  • 16 octobre 2014
Partager :

Il voulait ouvrir une nouvelle ère, en débarrassant Bobigny (Seine-Saint-Denis) de la municipalité communiste, du « manque de respect » et du « dédain » dont la maire aurait fait preuve auprès de ses habitants. En matière de respect et de dédain, le nouveau maire UDI de Bobigny, Stéphane de Paoli, aurait dû éviter de faire la leçon. Une enquête de Marianne a révélé que l’édile, ancien conducteur de travaux dans les BTP, percevait, depuis son élection, en mars, 1 500 euros d’indemnités chômage… en plus de ses indemnités d’élus d’un montant plutôt rondelet : 4 500 euros ! Aussitôt connu le scandale, de Paoli a annoncé, grand seigneur, qu’il renonçait à son chômage… Rebsamen n’avait-il pas demandé de « renforcer les contrôles » à Pôle emploi ?

Les échos
Temps de lecture : 1 minute
Soutenez Politis, faites un don !

Envie de soutenir le journal autrement qu’en vous abonnant ? Faites un don et déduisez-le de vos impôts ! Même quelques euros font la différence. Chaque soutien à la presse indépendante a du sens.

Faire Un Don