À Bobigny, un maire qui ne chôme pas

Une enquête de Marianne a révélé que l’édile percevait, depuis son élection 1 500 euros d’indemnités chômage…

Il voulait ouvrir une nouvelle ère, en débarrassant Bobigny (Seine-Saint-Denis) de la municipalité communiste, du « manque de respect » et du « dédain » dont la maire aurait fait preuve auprès de ses habitants. En matière de respect et de dédain, le nouveau maire UDI de Bobigny, Stéphane de Paoli, aurait dû éviter de faire la leçon. Une enquête de Marianne a révélé que l’édile, ancien conducteur de travaux dans les BTP, percevait, depuis son élection, en mars, 1 500 euros d’indemnités chômage… en plus de…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents

Campagne d’appel à dons

Appel à dons : Politis a besoin de vous !
Consultez la page dédiée à la campagne

YesYes se tient plus que jamais à votre service !

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notifications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.