Couple en état de glace

Stéphane Braunschweig met de nouveau en scène le Norvégien Arne Lygre avec Rien de moi. Une écriture neuve, tout en incertitude.

Après avoir monté Je disparais, Stéphane Braunschweig revient à l’auteur norvégien Arne Lygre, dont il affectionne l’écriture économe, acérée et douloureuse. Lygre, ce sont des dialogues minimaux dont il ne faut négliger aucun adjectif, de peur de perdre le fil sur lequel les mots sont suspendus. Pourtant, la situation et l’histoire sont assez simples. Dans cette nouvelle pièce, Rien de moi, une femme et un homme, qui, sans être très âgés, ont un passé et des expériences qu’ils croient avoir oubliées,…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Ouvrez les fenêtres, lisez la presse indépendante

Tribunes accès libre
par ,

 lire   partager

COP 26 : la fin du blabla ?

Écologie
par ,

 lire   partager

Articles récents

Campagne d’appel à dons

Appel à dons : Politis a besoin de vous !
Consultez la page dédiée à la campagne

YesYes se tient plus que jamais à votre service !

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notifications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.