Gone Girl

Tandis que la mise en scène de David Fincher est d’une virtuosité impeccable, Gone Girl s’essouffle pourtant.

Cet article est en accès libre. Politis ne vit que par ses lecteurs, en kiosque, sur abonnement papier et internet, c’est la seule garantie d’une information véritablement indépendante. Pour rester fidèle à ses valeurs, votre journal a fait le choix de ne pas prendre de publicité sur son site internet. Ce choix a un coût, aussi, pour contribuer et soutenir notre indépendance, achetez Politis, abonnez-vous.


On ne pourra reprocher au film de David Fincher de ne pas développer une intrigue ensorcelante. L’histoire de Nick (Ben Affleck), dont la femme (Rosamund Pike) vient de disparaître après cinq ans de mariage, est aussi angoissante qu’infernale. Le scénario a profité du savoir-faire de Gillian Flynn, auteure du thriller ( les Apparences, en français) dont est tiré le film. Tandis que la mise en scène est d’une virtuosité impeccable. Gone Girl s’essouffle pourtant par un manque de nécessité qui finit par faire de ce film un objet rutilant mais sans éclat.


Gone Girl , David Fincher, 2 h 25.

Haut de page

Voir aussi

Articles récents