Le parquet s’acharne

Poursuivi en tant qu’organisateur de deux rassemblements propalestiniens interdits, Alain Pojolat, a été relaxé par le tribunal mercredi 22 octobre.
Politis  • 30 octobre 2014
Partager :

Poursuivi en tant qu’organisateur de deux rassemblements propalestiniens interdits par la police cet été, Alain Pojolat, membre de la direction du Nouveau Parti anticapitaliste (NPA), a été relaxé par le tribunal mercredi 22 octobre. Le militant avait argué d’une « décision collective » pour sa défense. Soulagement de courte durée puisque, le lendemain, le parquet de Paris, qui avait requis deux mois de prison avec sursis et 1 500 euros d’amende, a aussitôt fait appel. Si Alain Pojolat souligne « l’acharnement du gouvernement français contre tous ceux qui osent relever la tête », c’est là une décision scandaleuse derrière laquelle on observe une remise en cause de la solidarité avec les Palestiniens.

Les échos
Temps de lecture : 1 minute
Soutenez Politis, faites un don !

Envie de soutenir le journal autrement qu’en vous abonnant ? Faites un don et déduisez-le de vos impôts ! Même quelques euros font la différence. Chaque soutien à la presse indépendante a du sens.

Faire Un Don