Drones : dormez tranquilles !

Un drone qui fonce sur une centrale « aurait l’effet d’un moucheron sur un pare-brise, sans plus », nous explique-t-on.
Politis  • 6 novembre 2014
Partager :

Les drones qui ont survolé, vendredi dernier, six centrales nucléaires, n’ont pas fini d’interroger. « Nous n’avons aucune piste » sur les commanditaires de ces survols, a déclaré, dimanche, la ministre de l’Écologie, Ségolène Royal. Un aveu qui glace le sang quand on sait qu’en un mois treize centrales ont ainsi vu passer des drones au-dessus de leurs réacteurs ! Autre raison de s’inquiéter, l’apparente tranquillité du pouvoir : quand la direction d’EDF a expliqué qu’elle n’avait « aucune crainte », Royal assure que « les survols […] ne font peser aucun risque sur ces centrales, qui sont construites pour résister […] aux chutes d’avion ». Un drone qui fonce sur une centrale « aurait l’effet d’un moucheron sur un pare-brise, sans plus », a même affirmé, sans rire, un spécialiste ès « criminologie » (sic) envoyé dans les médias. À se demander pourquoi le survol des centrales est formellement interdit ! Avec Tchernobyl, on avait appris que les nuages s’arrêtent aux frontières. Trente ans plus tard, voilà qu’un avion qui s’écrase sur une centrale ne ferait pas de mal à une mouche… L’imagination est au pouvoir !

Les échos
Temps de lecture : 1 minute
Soutenez Politis, faites un don !

Envie de soutenir le journal autrement qu’en vous abonnant ? Faites un don et déduisez-le de vos impôts ! Même quelques euros font la différence. Chaque soutien à la presse indépendante a du sens.

Faire Un Don