Un dur du Medef à la SNCF

Pour présider par intérim le conseil de surveillance de la nouvelle SNCF, le gouvernement a choisi… Frédéric Saint-Geours.
Politis  • 4 décembre 2014
Partager :

N’y avait-il pas d’autre candidat possible ? Pour présider par intérim le conseil de surveillance de la nouvelle SNCF, issue de la réforme ferroviaire, le gouvernement a choisi… Frédéric Saint-Geours. Un dur du Medef. Membre du comité exécutif de l’organisation patronale, il préside la puissante UIMM, l’Union des industries métallurgiques et minières. Quant à sa culture « service public », elle se résume à un passage à l’ENA et dans quelques cabinets ministériels, avant un pantouflage très rémunérateur entamé chez PSA en 1986. Voilà l’homme qui va donc arbitrer entre SNCF-mobilité et SNCF-réseau, les deux entités créées par la réforme ferroviaire. Dans le contexte d’ouverture tous azimuts du transport à la concurrence, le gouvernement a choisi de dérailler.

Les échos
Temps de lecture : 1 minute
Soutenez Politis, faites un don !

Envie de soutenir le journal autrement qu’en vous abonnant ? Faites un don et déduisez-le de vos impôts ! Même quelques euros font la différence. Chaque soutien à la presse indépendante a du sens.

Faire Un Don