Circulez, les pauvres !

Adieu bancs publics, bonjour « appuie-fesses » ou sièges cloisonnés...

Après la polémique des bancs d’Angoulême, que le maire UMP avait fait grillager la veille de Noël afin d’éviter toute installation intempestive de « marginaux », les médias s’intéressent, en ce début d’année, à la vague de disparitions des bancs publics de Perpignan. Depuis quelque temps, la mairie démonte tranquillement son mobilier urbain. Comprenez bien : qui dit banc dit station assise prolongée de jeunes ou de SDF qui tiennent salon. L’équipe municipale n’a donc cessé de déplacer ou de supprimer ses…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents

Campagne d’appel à dons

Appel à dons : Politis a besoin de vous !
Consultez la page dédiée à la campagne

YesYes se tient plus que jamais à votre service !

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notifications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.