La Pink Lady, marketing pur jus

Cette variété de pomme au nom séduisant a été calibrée comme un produit. On lui a même inventé une histoire.

L’histoire aurait commencé en Australie, dans les années 1970, quand un certain John Cripps, présenté comme responsable d’un département des services agricoles de l’ouest du pays, aurait croisé un pommier Golden Delicious et un Lady Williams. Donnant naissance à la Pink Lady, qui colonise depuis les années 1980 les marchés de nombreux pays. Histoire au conditionnel qui relève plus de la légende et de la communication que d’une réalité : impossible de trouver la moindre trace, la moindre biographie de l’«…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Je choisis un pack
Achetez un pack de crédits
pour accéder à cet article.
Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents