Plutôt la Bundesbank que la Bundeswehr !

Avec 1,3 % du budget allemand consacré à la Défense, l’ennemi d’hier ne risque plus de nous piquer l’Alsace-Lorraine !
Politis  • 26 février 2015
Partager :

Pour affirmer sa puissance, l’Allemagne compte davantage sur la Bundesbank que sur la Bundeswehr. Celle-ci ne semble plus vouée qu’à la parade. « Son manque de matériel est tel que, lors d’un récent exercice avec des forces de l’Otan, les soldats ont masqué l’absence de mitrailleuses sur leurs véhicules en en faisant de fausses en bois », rapporte Slate.fr (22 février). En septembre, la ministre de la Défense reconnaissait que plus d’un tiers des avions de chasse étaient cloués au sol. Sans parler des hélicoptères de la marine qui enchaînent les pannes, ou de la quasi-disparition du matériel de vision nocturne. C’est qu’avec 1,3 % du budget allemand consacré à la Défense, l’ennemi d’hier ne risque plus de nous piquer l’Alsace-Lorraine ! L’austérité budgétaire aurait donc quelque vertu ? Peut-être, si la France ne se voyait, de fait, obligée de prendre seule, et à ses frais (non décomptés de sa dette), le relais des déficiences militaires de sa meilleure amie européenne… Et si l’Allemagne n’avait pas rendu les armes (réelles) pour mieux mener une guerre économique à ses alliés.

Les échos
Temps de lecture : 1 minute
Soutenez Politis, faites un don !

Envie de soutenir le journal autrement qu’en vous abonnant ? Faites un don et déduisez-le de vos impôts ! Même quelques euros font la différence. Chaque soutien à la presse indépendante a du sens.

Faire Un Don