De l’art de soigner sa clientèle électorale

En une journée, Jean-Noël Guérini aura ainsi signé pour 49 millions d’euros d’engagements.
Politis  • 5 mars 2015
Partager :

Pour vaincre l’adversité électorale et conserver un département, peut-être faudra-t-il prendre conseil un jour auprès de Jean-Noël Guérini. Samedi, à trois semaines du premier tour des élections départementales, le président du conseil général des Bouches-du-Rhône, en délicatesse avec la justice, était au Paradou, petite commune des Alpilles de 1 600 âmes, pour signer un contrat départemental d’aménagement de 11 millions d’euros qui permettra de rénover la voirie, d’agrandir l’école maternelle et de réhabiliter l’hôtel de ville, mais aussi l’église et les équipements socioculturels et sportifs. La scène s’est répétée à Saint-Martin-de-Crau (12 000 habitants), Velaux (8 700 hab.) et Gignac-la-Nerthe (9 000 hab.), où « Jean-Nono » a signé trois autres contrats départementaux de développement pour des projets divers : agrandir une piscine, des écoles, un petit musée rural, rénover une chapelle, déployer de la vidéosurveillance… Avec à chaque fois un couplet sur son refus d’« un département où tout serait fait pour Marseille et rien pour les autres communes ». En une journée, il aura ainsi signé pour 49 millions d’euros d’engagements. Il est temps que la campagne électorale s’achève.

Les échos
Temps de lecture : 1 minute
Soutenez Politis, faites un don !

Envie de soutenir le journal autrement qu’en vous abonnant ? Faites un don et déduisez-le de vos impôts ! Même quelques euros font la différence. Chaque soutien à la presse indépendante a du sens.

Faire Un Don