Iran : Net recul des droits de l’homme

Au moins 753 personnes ont été exécutées en 2014.

Cet article est en accès libre. Politis ne vit que par ses lecteurs, en kiosque, sur abonnement papier et internet, c’est la seule garantie d’une information véritablement indépendante. Pour rester fidèle à ses valeurs, votre journal a fait le choix de ne pas prendre de publicité sur son site internet. Ce choix a un coût, aussi, pour contribuer et soutenir notre indépendance, achetez Politis, abonnez-vous.


Recrudescence des exécutions, emprisonnement des journalistes et des militants, discriminations envers les femmes et les minorités… Rapporteur spécial de l’ONU, Ahmed Shaheed a dressé, lundi 16 mars, un sombre tableau de la situation des droits de l’homme en Iran, à l’occasion de la présentation de son rapport à Genève. Au moins 753 personnes ont été exécutées en 2014 ; la moitié pour trafic de drogue, ce qui est « contraire aux normes internationales en matière de peine de mort », a souligné Shaheed. Tandis que les négociations sur le nucléaire iranien entrent dans une phase décisive, il a plaidé en faveur du maintien de la pression sur Téhéran pour que les Iraniens ne soient pas les grands perdants de ces pourparlers, « dans le pays qui exécute le plus au monde par habitant ».


Haut de page

Voir aussi

Le bac des uns et le bac des autres

Culture
par ,

 lire   partager

Articles récents