L’alibi d’Aubry

Pour rejoindre la motion Cambadélis, Martine Aubry avait bien besoin de « grain à moudre ».
Politis  • 16 avril 2015
Partager :

Un ralliement à l’adversaire vilipendé, c’est toujours une opération délicate. Pour rejoindre la motion Cambadélis (c’est-à-dire Valls), Martine Aubry avait bien besoin de « grain à moudre ». Le « compte personnel d’activité » fera donc office de « grande réforme sociale » réclamée par la maire de Lille. De plus, la motion brandit une terrible menace contre le Medef : que la dernière tranche de 15 milliards du pacte de responsabilité qui reste à utiliser le soit « plus directement pour favoriser l’emploi ». Une formulation assez floue pour n’engager à rien, ni personne. Surtout pas le gouvernement. Enfin, le texte se prononce contre « une nouvelle extension du travail le dimanche ». Cocasse après le vote de la loi Macron, puisque même Emmanuel Macron lui-même n’envisage pas d’extension pour l’instant ! « Tout ça va dans le bon sens », s’est exclamée Martine Aubry. Et hop, ralliement !

Les échos
Temps de lecture : 1 minute
Soutenez Politis, faites un don !

Envie de soutenir le journal autrement qu’en vous abonnant ? Faites un don et déduisez-le de vos impôts ! Même quelques euros font la différence. Chaque soutien à la presse indépendante a du sens.

Faire Un Don