Une loi « dangereuse pour l’État de droit »

Présenté en Conseil des ministres la semaine dernière, le projet de loi sur le renseignement a provoqué l’inquiétude des associations de défense des libertés, qui jugent insuffisant le contrôle des activités des services.

Le nouveau texte élargit considérablement le champ d’action des services de renseignement et multiplie leurs moyens techniques. Ou tout du moins les légalise, car la plupart des pratiques écrites ici noir sur blanc sont déjà utilisées en dehors de tout cadre judiciaire, même si elles ne sont juste pas clairement autorisées par la loi. Dans l’exposé des motifs, les rédacteurs du projet ne s’en cachent pas. Il s’agit d’ « offrir un cadre légal général aux activités des services de renseignement » et à leurs…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents