Tarnac : l’acharnement tourne à la farce

Huit des dix accusés sont renvoyés en correctionnelle. Julien Coupat sort du silence.

Ingrid Merckx  • 13 mai 2015 abonné·es
Tarnac : l’acharnement tourne à la farce
© Photo : AFP PHOTO / BERTRAND LANGLOIS

De bons citoyens. C’est ainsi que Marie-Rose Bourneil, maire (Front de gauche) de Tarnac (Corrèze), considère les résidants de sa commune mis en examen dans l’affaire dite de Tarnac portant sur le « sabotage » de lignes de TGV en novembre 2008. De quoi contraster avec ceux que le parquet désigne

Envie de terminer cet article ? Nous vous l’offrons !

Il vous suffit de vous inscrire à notre newsletter hebdomadaire :

Vous préférez nous soutenir directement ?
Déjà abonné ?
(mot de passe oublié ?)
Société Police / Justice
Temps de lecture : 3 minutes