Silence dans les rangs, on libéralise !

Manuel Valls interdit tout débat sur la loi Macron.

Politis  • 17 juin 2015
Partager :
Silence dans les rangs, on libéralise !
Photo : CITIZENSIDE/AURÉLIEN MORISSARD/AFP

En février, Manuel Valls avait dû recourir à l’article 49.3 de la Constitution pour imposer, sans vote, la loi Macron à l’Assemblée nationale. Mardi, en y recourant à nouveau, cette fois dès le début de l’examen en séance, le Premier ministre interdit tout débat sur ce texte fourre-tout, auquel le gouvernement a ajouté de nouvelles dispositions antisociales comme le plafonnement des indemnités prud’homales en cas de licenciement illégitime. « L’enjeu, c’est que les mesures de cette loi se concrétisent le plus vite possible dans le quotidien des Français », répète l’exécutif. En l’occurrence, c’est moins les Français qu’il s’agit de satisfaire que Bruxelles et la finance. Nombre de « recommandations » de la Commission européenne, visant à déréglementer le droit du travail, déroger au droit de l’environnement ou privatiser des services publics, se retrouvent en effet dans ce texte. Mardi, lors d’une rencontre à l’Élysée avec des investisseurs étrangers, François Hollande a lui-même annoncé sa volonté de voir cette loi adoptée d’ici au 14 juillet. Et tant pis s’il faut pour cela brutaliser quelques députés.

Les échos
Temps de lecture : 1 minute
Soutenez Politis, faites un don !

Envie de soutenir le journal autrement qu’en vous abonnant ? Faites un don et déduisez-le de vos impôts ! Même quelques euros font la différence. Chaque soutien à la presse indépendante a du sens.

Faire Un Don