Mistral gagnant

Au nom de la morale internationale, les bâtiments que la Russie n’aura pas ont finalement été vendus à l’Égypte…
Politis  • 30 septembre 2015
Partager :

L’épilogue de la fameuse affaire des deux Mistral que la France a refusé de livrer à la Russie est d’une ironie tragique. Au nom de la morale internationale, les bâtiments que la Russie n’aura pas ont finalement été vendus à l’Égypte… C’est la dictature du maréchal Sissi, laquelle condamne à mort par centaines ses opposants, qui va en bénéficier. Après la vente des Rafale, les Mistral ! Ce qui valait bien de faire la leçon à Poutine ! Mais ce n’est pas tout. C’est l’Arabie saoudite, autre parangon de démocratie, qui aurait aidé Le Caire à payer sa facture cash. Quant à Poutine, il n’a pas tout perdu dans la « bataille » (navale) puisque Paris aurait remboursé 950 millions d’euros à Moscou. Une très bonne affaire. La France s’en tire bien aussi puisque le deal a été assez rondement mené pour éviter que nos deux fleurons ne moisissent à quai plusieurs mois. C’est « Mistral gagnant » pour tout le monde.

Les échos
Temps de lecture : 1 minute
Soutenez Politis, faites un don !

Envie de soutenir le journal autrement qu’en vous abonnant ? Faites un don et déduisez-le de vos impôts ! Même quelques euros font la différence. Chaque soutien à la presse indépendante a du sens.

Faire Un Don