Parti socialiste : la stratégie du chaos

À l’approche des régionales, la fragmentation de la gauche inquiète les responsables socialistes. Mais en niant la responsabilité de la politique du gouvernement, ils ne font que l’accentuer.

L’ambiance ne porte pas à la fête. Mais elle est moins explosive que l’an dernier, quand trois ministres venaient de démissionner et que le PS préparait son congrès. Et cela suffit à satisfaire Jean-Christophe Cambadélis, qui dresse ce constat à l’ouverture de l’université d’été de La Rochelle : « La France va mieux économiquement sans aller tout à fait bien. Mais elle ne s’en aperçoit pas parce qu’elle va mal politiquement. » Le patron du PS pointe la droitisation de la droite, et surtout la «…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 5€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Tirs de la BAC à Stains : la version policière démontée par une reconstitution en 3D

Sur le vif accès libre
par ,

 lire   partager

Articles récents

Campagne d’appel à dons

Appel à dons : Politis a besoin de vous !
Consultez la page dédiée à la campagne

YesYes se tient plus que jamais à votre service !

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notifications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.