Robert Guédiguian : « Le génocide rend fous victimes et bourreaux »

À l’occasion de la sortie du film Une histoire de fou , le réalisateur Robert Guédiguian revient sur ses racines arméniennes et allemandes et explique sa vision de la violence politique.

L’Arménie est survenue dans le cinéma de Robert Guédiguian il y a presque dix ans, avec le Voyage en Arménie (2006). Une affaire de maturation. Auparavant, si cette ascendance – par son père – habitait le cinéaste elle restait muette autant dans son art que dans ses interventions publiques. Désormais, l’Arménie fait partie intégrante de sa parole et de ses films. Avec, bien sûr, au premier rang de ses préoccupations, le génocide. Une histoire de fou sort l’année où on en commémore le centenaire. Mais…

Il reste 98% de l'article à lire.

   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents

Campagne d’appel à dons

Appel à dons : Politis a besoin de vous !
Consultez la page dédiée à la campagne

YesYes se tient plus que jamais à votre service !

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notifications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.