Le Conseil constitutionnel valide les assignations à résidence

Chloé Dubois (collectif Focus)  • 22 décembre 2015
Partager :
Le Conseil constitutionnel valide les assignations à résidence
© Photo : AFP / MANUEL COHEN

Assigner à résidence un opposant politique est conforme à la Constitution. Les «Sages» de notre plus haute instance juridique ont en effet estimé ce mardi que les embastillements préventifs décidés dans le cadre de l’état d’urgence étaient tout ce qu’il y a de plus légal. Le Conseil constitutionnel, saisi par les avocats d’un militant écologiste assigné à résidence durant la COP 21, devait se prononcer sur la légalité de cette mesure par l’intermédiaire d’une question prioritaire de constitutionnalité (QPC).

Une question prioritaire de constitutionnalité permet à un citoyen de demander aux «Sages» du Conseil si la loi par laquelle il est visé est conforme ou non, à la Constitution. Le militant écologiste a donc transmis une QPC afin de savoir si l’article 6 de la loi de 1955, révisée le 20 novembre 2015, était conforme à sa liberté fondamentale «d’aller et venir». Selon cette loi, retravaillée en novembre au lendemain des attentats de Paris, «le ministère de l’Intérieur peut prononcer l’assignation à résidence de toutes personnes à l’égard de laquelle il existe des raisons sérieuses de penser que son comportement constitue une menace pour la sécurité et l’ordre publics» .

Alexandre Faro, un des avocats des militants écologistes avait interpellé les «Sages» quand à l’éventualité de mesures abusives, et de dérives possibles.

«Vous êtes le dernier rempart… A l’heure où l’émotion et la colère semblent l’emporter sur toute autre intelligence, nous venons vous interpeller sur une loi qui confère des pouvoirs exorbitants à l’administration»

Cette décision était très attendue, notamment par le gouvernement qui propose ce mercredi, au Conseil des ministres, un projet de loi visant à réformer la Constitution pour y inscrire la notion d’état d’urgence.
Selon l’exécutif, cela permettrait de garantir, d’après des propos rapportés par Libération , «que sous le choc des circonstances, la loi ordinaire ne pourra pas étendre les conditions d’ouverture de l’état d’urgence» . Nul doute que la décision rendue par le Conseil constitutionnel tombe à point, et encourage le gouvernement dans sa volonté de réformer la Constitution.

Le gouvernement avait par ailleurs appelé les Sages à déclarer l’article 6 conforme à la Constitution. Il s’était justifié en déclarant que les autorités devaient faire face «au péril imminent» de la menace terroriste, «mais aussi à tout autre trouble à l’ordre public susceptible d’agrandir les menaces» . Les assignations à résidences des militants écologistes ont donc été jugés légales, bien que ces derniers ne représentent vraisemblablement pas de réelles menaces en matière de terrorisme. Les avocats du militant écologiste avaient annoncé qu’en cas d’échec il saisirait l’affaire devant la Cour européenne des droits de l’Homme.

Politique
Temps de lecture : 2 minutes
Soutenez Politis, faites un don.

Chaque jour, Politis donne une voix à celles et ceux qui ne l’ont pas, pour favoriser des prises de conscience politiques et le débat d’idées, par ses enquêtes, reportages et analyses. Parce que chez Politis, on pense que l’émancipation de chacun·e et la vitalité de notre démocratie dépendent (aussi) d’une information libre et indépendante.

Faire Un Don

Pour aller plus loin…

Génération·s : derrière la crise, la main de LFI ?
Politique 23 février 2024

Génération·s : derrière la crise, la main de LFI ?

Le petit parti fondé par Benoît Hamon, tiraillé entre plusieurs options pour les européennes, vient de désapprouver ses deux dirigeants nationaux, Léa Filoche et Arash Saeidi. Des membres les accusent d’avoir tenté un « coup de force ».
Par Lucas Sarafian
Face au RN, les contradictions de la Macronie
Analyse 21 février 2024

Face au RN, les contradictions de la Macronie

Au sein de la coalition présidentielle, les positions sont très floues sur l’attitude à adopter face à la formation de Marine Le Pen. Les erreurs et les « fautes » sur le sujet rendent la ligne macroniste illisible et inconséquente face à la progression de l’extrême droite dans le pays.
Par Lucas Sarafian
La difficile résistance d’une certaine idée du communisme municipal
Analyse 21 février 2024 abonné·es

La difficile résistance d’une certaine idée du communisme municipal

En 2021, le maire PCF de Grigny, Philippe Rio, remportait le titre de meilleur maire du monde. Cette année, c’est la maire communiste de Graz – la deuxième ville d’Autriche –, Elke Kahr, qui remporte le titre. Le communisme municipal a-t-il de beaux jours devant lui ?
Par Lucas Sarafian
Accusée d’être hors de « l’arc républicain », la France insoumise veut jouer bloc contre bloc
Analyse 19 février 2024

Accusée d’être hors de « l’arc républicain », la France insoumise veut jouer bloc contre bloc

Marginalisé par les troupes macronistes, le mouvement mélenchoniste refuse de revoir sa stratégie de la conflictualité. Les plus unionistes des ex-alliés de la Nupes tentent de déconstruire le récit du gouvernement et de la majorité. Mais le bruit et la fureur sont toujours d’actualité.
Par Lucas Sarafian