« Je quitte le gouvernement sur un désaccord politique majeur »

Christiane Taubira a livré elle-même le sens de sa démission dans une déclaration devant la presse. Verbatim.

Cet article est en accès libre. Politis ne vit que par ses lecteurs, en kiosque, sur abonnement papier et internet, c’est la seule garantie d’une information véritablement indépendante. Pour rester fidèle à ses valeurs, votre journal a fait le choix de ne pas prendre de publicité sur son site internet. Ce choix a un coût, aussi, pour contribuer et soutenir notre indépendance, achetez Politis, abonnez-vous.


Christiane Taubira s’est expliquée sur les raisons de sa démission dans une déclaration à la presse, prononcée une heure avant sa passation de pouvoir avec son successeur au minstère de la Justice, Jean-Jacques Urvoas. Elle a d'abord rappelé quelle avait été l’action de son ministère depuis 2012, citant sans note l’augmentation de son budget et les différentes augmentations de postes, avant de conclure :

Je quitte le gouvernement sur un désaccord politique majeur. Je choisis d’être fidèle à moi-même, à mes engagements, à mes combats, à mon rapport aux autres, fidèle à nous tels que je nous comprends. Le péril terroriste qui nous menace est grave, imprévisible, mais nous avons appris à le traquer et nous nous en sommes donnés les moyens. Nous savons comment le combattre et nous avons montré combien nous sommes bien déterminés à l’abattre. Mais je crois que nous ne devons lui concéder aucune victoire, ni militaire, ni diplomatique, ni politique, ni symbolique. Et parce que ce pays regorge de forces, d’énergie, de volonté, d’imagination, il peut entendre que son destin collectif repose sur des fondations solides et que parmi ses fondations il y a la construction de son identité républicaine, de son identité civique et que ces fondations sont assez robustes, assez profondes pour résister aux temps, aux accidents et aux tragédies. Voilà pourquoi fidèle à Aimé Césaire « nous ne livrerons pas le monde aux assassins d’aubes ».


Crédit photo: KENZO TRIBOUILLARD / AFP

Haut de page

Voir aussi

Articles récents