Les fiches mystère de France Télé

Rémy Pflimlin, avait mis en place, en avril 2014, un système de fichage des salariés.

• 20 janvier 2016
Partager :
Les fiches mystère de France Télé
Photo : LE SEGRETAIN/Getty Images/AFP

En septembre dernier, Le Canard enchaîné révélait que l’ancienne direction de France Télévisions, donc Rémy Pflimlin (photo), avait mis en place, en avril 2014, un système de fichage des salariés. Un fichage individuel, bien évidemment réalisé à l’insu des salariés, dans lequel leur comportement au sein de l’entreprise publique était jugé. Le 17 septembre, le tribunal de grande instance de Paris interdisait la destruction des fichiers, souhaitée par la nouvelle direction, sous Delphine Ernotte. Mais, pour les salariés concernés, il est toujours impossible de connaître le contenu de ces fiches. Selon le Syndicat -national des journalistes (SNJ), les employés qui ont réclamé « ces documents durant leurs entretiens annuels ont essuyé des refus. Ces appréciations négatives méconnues ont eu un impact sur le déroulement de carrière de certains salariés ».

De son côté, France Télévisions souligne qu’un accord a été conclu « avec une partie des organisations syndicales représentatives au sein de l’entreprise afin de préciser les conditions dans lesquelles des restitutions d’évaluation pouvaient être organisées auprès des salariés concernés ». Selon un communiqué de la Société des journalistes, plus de deux cents d’entre eux, soutenus par la CFDT, le SNJ, la CGC et Sud ont saisi les prud’hommes pour avoir enfin accès à leur «fiche d’évaluation». Ce fichage, dénoncent-ils, « illicite dans son principe, a nourri la suspicion générale des salariés à l’égard de leur encadrement. Cette dégradation de la relation de confiance au sein des équipes ne peut être réparée que dans la transparence ».

Les échos
Temps de lecture : 1 minute
Soutenez Politis, faites un don !

Envie de soutenir le journal autrement qu’en vous abonnant ? Faites un don et déduisez-le de vos impôts ! Même quelques euros font la différence. Chaque soutien à la presse indépendante a du sens.

Faire Un Don