Crise : Explosion au gaz de schiste ?

Et si la prochaine crise financière venait du gaz de schiste ?

Cet article est en accès libre. Politis ne vit que par ses lecteurs, en kiosque, sur abonnement papier et internet, c’est la seule garantie d’une information véritablement indépendante. Pour rester fidèle à ses valeurs, votre journal a fait le choix de ne pas prendre de publicité sur son site internet. Ce choix a un coût, aussi, pour contribuer et soutenir notre indépendance, achetez Politis, abonnez-vous.


Tous les analystes s’accordent à le dire : 2016 sera l’année de tous les dangers pour les bourses mondiales. Seules divergent les hypothèses sur l’origine possible de la détonation qui soufflera le château de cartes.

Et si c’était le gaz de schiste ? Depuis 2012, les spéculateurs américains ont massivement investi dans les entreprises de forage, activité particulièrement juteuse lorsque le pétrole dépasse les 100 dollars du baril. La bulle a gonflé à grand renfort de liquidités de la banque centrale américaine, qui cherchait à gommer les effets de la crise. Mais, avec un baril autour de 30 dollars aujourd’hui, tout le secteur se retrouve menacé par des faillites en cascade. Or, comme en 2008, la faillite du secteur pourrait contaminer la finance par effet domino.

Les spéculateurs sentant le vent tourner ont, selon l’analyse du journaliste indépendant Benjamin Masse-Stamberger (publiée sur son blog Basculements), revendu leurs créances à d’autres pour s’en débarrasser. Et ce par le biais de montages pour le moins opaques qui empêchent toute évaluation sérieuse du « degré de contamination » des marchés financiers.

C’est ce mécanisme de « titrisation » qui avait transformé la crise du crédit immobilier américain en une crise financière mondiale en 2008. Depuis, rien n’a été entrepris pour endiguer le sinistre phénomène.


Haut de page

Voir aussi

Cinéma à l’Élysée

Éditorial accès libre
par ,

 lire   partager

Le blanchiment de Le Pen

Éditorial accès libre
par ,

 lire   partager

Articles récents