Médecins du Monde et le Secours Catholique contraints de recourir à la justice

Cet article est en accès libre. Politis ne vit que par ses lecteurs, en kiosque, sur abonnement papier et internet, c’est la seule garantie d’une information véritablement indépendante. Pour rester fidèle à ses valeurs, votre journal a fait le choix de ne pas prendre de publicité sur son site internet. Ce choix a un coût, aussi, pour contribuer et soutenir notre indépendance, achetez Politis, abonnez-vous.


Face à l’inertie du gouvernement qui n’a toujours pas mis en place les mesures nécessaires afin de protéger les mineurs isolés étrangers (MIE) dans les camps de réfugiés de Calais et de Grande-Synthe, Médecins du monde (MDM) et le Secours Catholique ont décidé de recourir, une fois de plus, à la justice.

Afin de contraindre l’État à prendre ses responsabilités, nos associations ont décidé d’intervenir volontairement en soutien à plusieurs référés-libertés déposés par des mineurs isolés étrangers au Tribunal administratif de Lille, afin que des mesures de protection soient appliquées et les droits de ces mineurs protégés. Il s’agit en particulier d’obtenir des pouvoirs publics qu’ils se décident à mettre en œuvre les procédures permettant à ces jeunes de rejoindre légalement le Royaume-Uni et y retrouver leurs proches.

Dans un article publié vendredi 29 janvier sur Politis.fr, Jean-François Corty, directeur des missions France de MDM, dénonçait l’inaction du gouvernement malgré les injonctions du Tribunal administratif de Lille puis du Conseil d’État. Le 23 novembre, le Conseil d’Etat avait ordonné aux pouvoirs publics de procéder, dans un délai de 48 heures, au recensement des mineurs isolés en situation de détresse et de se rapprocher du département pour leur mise à l’abri immédiate. Deux mois plus tard, rien n'a été fait.

À lire >> L'État renâcle à protéger les mineurs isolés étrangers


Haut de page

Voir aussi

Articles récents