Prière de se taire

Une association a déposé plainte contre le cardinal Barbarin pour non-dénonciation de faits de pédophilie.

Cet article est en accès libre. Pour rester fidèle à ses valeurs, votre journal a fait le choix de ne pas se financer avec la publicité. C’est la seule garantie d’une information véritablement indépendante. Ce choix a un coût, aussi, pour contribuer et soutenir notre indépendance : achetez Politis, abonnez-vous.


Le très conservateur et médiatique cardinal archevêque de Lyon, Philippe Barbarin, ne pensait pas revenir sous les feux des projecteurs de cette façon. L’association la Parole libérée a en effet annoncé déposer plainte contre lui pour non-dénonciation de faits de pédophilie. Le virulent opposant au mariage pour tous a longtemps maintenu à son poste un prêtre du diocèse lyonnais mis en examen fin janvier « pour agressions sexuelles sur mineurs de moins de quinze ans par personne ayant autorité ». Des faits (reconnus par l’accusé) commis entre 1986 et 1991 et portés à la connaissance du cardinal depuis au moins 2007. Malgré tout, dénonce l’association regroupant les familles de victimes, le prêtre est resté en poste, et au contact d’enfants, jusqu’en… août 2015 !


Photo : SAFIN HAMED/AFP

Haut de page

Voir aussi

Articles récents

Campagne d’appel à dons

Appel à dons : Politis a besoin de vous !
Consultez la page dédiée à la campagne

YesYes se tient plus que jamais à votre service !

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notifications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.