Le Center parc de Roybon bénéficiera des gros sous du Conseil régional

La majorité de droite en Auvergne Rhône-Alpes finance ce complexe touristique malgré son impact sur la biodiversité.

Cet article est en accès libre. Politis ne vit que par ses lecteurs, en kiosque, sur abonnement papier et internet, c’est la seule garantie d’une information véritablement indépendante. Pour rester fidèle à ses valeurs, votre journal a fait le choix de ne pas prendre de publicité sur son site internet. Ce choix a un coût, aussi, pour contribuer et soutenir notre indépendance, achetez Politis, abonnez-vous.


La région Auvergne Rhône-Alpes a voté jeudi une subvention de 4,7 millions d’euros pour le projet de Center parcs, à Roybon, en Isère. Une première enveloppe de 7 millions avait été suspendue en 2014 par l’ancienne majorité socialiste devant le tollé provoqué par ce projet. La droite cède désormais à l’intense lobbying du promoteur Pierre & Vacances.

Un projet « préhistorique »

« Nous sommes tristes, réagit Stéphane Peron, du collectif des opposants au projet PCSCP. C’est un déni de démocratie absolu et un mépris pour le résultat de l’enquête publique. »

Le projet de centre de vacances doté d’une « bulle » géante reproduisant un climat tropical doit s’installer sur plusieurs hectares de zones humides protégées. Seuls les élus du Rassemblement citoyen (EELV-PG-Citoyens) ont voté pour le retrait de cette subvention du budget 2016, jugeant ce modèle d’aménagement « préhistorique ». Le élus PS, PC, PRG et FN avaient de leur côté décidé de boycotter l'examen du budget, rapporte France 3 Alpes. La droite, majoritaire, avait donc un boulevard pour l’adoption de cette subvention.

La préoccupation environnementale est pourtant d’une urgence absolue, déplore Stéphane Peron :

La destruction de la biodiversité est aujourd’hui 1000 fois supérieure à que nous n’avons jamais observé. Et ce, en premier lieu, du fait de la destruction des habitats des espèces. Tous les dix ans en France, c’est l’équivalent d’un département qui est détruit à cause de la bétonisation. La situation est dramatique. Nous allons dans le mur et le niveau de conscience et de responsabilité des hommes politiques n’est pas du tout à la hauteur.

Pierre & vacances vit des subventions publiques

C’est aussi le modèle économique de ce type de complexe touristique qui paraît absurde à ses opposants. Le fonctionnement des 26 « Center parcs » européens est peu rentable. Le promoteur Pierre & Vacances génère en revanche un bénéfice en profitant des subventions publiques pour la construction de nouveaux complexes. Il vend également à des particuliers les maisonnettes du parc, destinées à la location de courte durée, afin de financer le projet en injectant un minimum de fonds propres.

« L'entreprise se contente d'engranger des financements publics pour réaliser des plus-values sur la vente des cottages, au mépris de l'environnement et de l'emploi local », déplore ainsi Myriam Laïdouni-Denis, élue régionale du Rassemblement citoyen interrogée par nos confrères de France 3 Alpes.

Le tribunal administratif de Grenoble a annulé en juillet dernier l’arrêté du préfet autorisant le chantier, au titre de la loi sur l’eau. Les compensations pour les zones humides détruites étaient insuffisantes. Un appel de Pierre & Vacances devrait être jugé cet été à Lyon.

A lire >> Tous les articles de Politis sur le Center parc de Roybon.


Haut de page

Voir aussi

Articles récents