La BNP Paribas se retire des Îles Caïmans

Cet article est en accès libre. Politis ne vit que par ses lecteurs, en kiosque, sur abonnement papier et internet, c’est la seule garantie d’une information véritablement indépendante. Pour rester fidèle à ses valeurs, votre journal a fait le choix de ne pas prendre de publicité sur son site internet. Ce choix a un coût, aussi, pour contribuer et soutenir notre indépendance, achetez Politis, abonnez-vous.


C’est une victoire symbolique de taille pour les « faucheurs de chaises ». Attac révèle ce mardi matin un document interne à la BNP Paribas dans lequel le responsable du service financier affirme, le 3 mai, que la banque « ferme [ses] branches encore actives dans les Îles Caïmans.» Une annonce faite aux salariés du groupe lors d’un comité central d’entreprise.

La BNP Paribas, qui déclarait six filiales dans ce paradis fiscal en 2015, était une des principales cibles de la campagne de « fauchage de chaises » organisée depuis février 2015 par Attac et Bizi, le mouvement basque initiateur d’Alternatiba.

Lire > Évasion fiscale : Hold-up pour hold-up

La BNP Paribas n’a pas confirmé cette information, mais le mouvement de retrait avait déjà été engagé cette année. Deux succursales de la banque aux Caïmans (BNP Paribas Fortis et First Hawaiian Bank) ont ainsi déjà été liquidées, note Le Monde.

« Les îles Caïmans sont le no1 mondial en matière de dépôts par des non-résidents, soit 1310 milliards de dollars déposés dans les institutions financières locales selon les données de la Banque des règlements internationaux (BRI) », se réjouit Dominique Plihon, porte-parole d’Attac.

Ajout, 15 h 30 : BNP Paribas a confirmé mardi à l'AFP avoir fermé ses filiales aux Iles Caïmans, dont deux en 2015, et y détenir encore deux succursales, après l'annonce faite par Attac de la fermeture des dernières branches actives du groupe sur l'île.


Haut de page

Voir aussi

Articles récents