François Lenglet épinglé

Vif échange jeudi 26 mai dans l’émission « Des paroles et des actes », sur France 2, entre Jean-Luc Mélenchon et le journaliste François Lenglet, qui a tout faux.

Cet article est en accès libre. Politis ne vit que par ses lecteurs, en kiosque, sur abonnement papier et internet, c’est la seule garantie d’une information véritablement indépendante. Pour rester fidèle à ses valeurs, votre journal a fait le choix de ne pas prendre de publicité sur son site internet. Ce choix a un coût, aussi, pour contribuer et soutenir notre indépendance, achetez Politis, abonnez-vous.


Vif échange jeudi 26 mai dans l’émission « Des paroles et des actes », sur France 2, entre Jean-Luc Mélenchon et le journaliste François Lenglet, le second reprochant au premier de prendre pour exemple, notamment, Evo Morales, le Président bolivien, assurant que ce dernier est « corrompu » et que sa « petite amie, qui est la mère de son fils, a bénéficié de 500 millions de dollars de commandes publiques ». Erreur ou malhonnêteté du journaliste ? Car tout est faux. À plus d’un titre, comme le relève Maurice Lemoine, spécialiste de l’Amérique latine et au fait de la politique bolivienne, sur le site Mémoire des luttes : en effet, deux semaines auparavant, une commission parlementaire bolivienne mixte a rejeté toute accusation de corruption dans cette affaire. Mieux même, « la petite amie » de Morales ne l’est plus depuis des années, et ils n’ont jamais eu d’enfant ensemble ! Ça valait bien la peine que Lenglet ponctue ses accusations par un « allez m’expliquer que tout cela est normal ! ». Après réclamation de l’ambassadeur bolivien, François Lenglet a tout juste reconnu auprès de lui que ses « termes » n’étaient pas « appropriés », et France Télévisions a retiré provisoirement la vidéo de l’émission, qui sera retouchée.


Haut de page

Voir aussi

Articles récents