Élie wiesel : L’ami des colons

Disparition d'un « messager de la mémoire de la Shoah », sans aucun doute. « Messager de la paix » ? Certainement pas.

La disparition d’Elie Wiesel, le 2 juillet, a donné lieu à d’innombrables articles dans notre presse, et nos médias audiovisuels n’ont pas tari d’éloges sur cet « humaniste », « messager de la paix », et « conscience universelle ». Le deuil, il est vrai, se prête mal à la critique. Mais, tout de même, pas un mot sur l’engagement de Wiesel au côté des colons extrémistes. Sur deux pleines pages, Le Monde n’a pas trouvé la place de rappeler un article publié dans ce même journal sous la signature de Benjamin…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Je choisis un pack
Achetez un pack de crédits
pour accéder à cet article.
Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents