Marine Le Pen tombe le masque

Dans un entretien à Valeurs actuelles, elle dénonce « l’idéologie des 35 heures ».

Cet article est en accès libre. Politis ne vit que par ses lecteurs, en kiosque, sur abonnement papier et internet, c’est la seule garantie d’une information véritablement indépendante. Pour rester fidèle à ses valeurs, votre journal a fait le choix de ne pas prendre de publicité sur son site internet. Ce choix a un coût, aussi, pour contribuer et soutenir notre indépendance, achetez Politis, abonnez-vous.


Dans son entretien à Valeurs actuelles (6 juillet), Marine Le Pen ne s’est pas contentée de louer Donald Trump et de tacler sa nièce, « un peu rigide parfois ». La candidate d’extrême droite a également rassuré l’électorat libéral et conservateur sur son programme. Comme Les Républicains, elle dénonce « l’idéologie des 35 heures »

Elle assure n’avoir « jamais proposé une augmentation du Smic ». Et n’est plus sûre de rétablir la retraite à 60 ans : si « récupérer les dépenses exorbitantes de l’immigration, de la fraude sociale, de la décentralisation anarchique » ne suffit pas à « accorder un départ à 60 ans [pour] quarante ans de cotisations, alors nous nous tournerons vers les Français en leur disant la vérité », lance-t-elle, persuadée que « les Français accepteront les sacrifices qu’on leur demandera ».


Haut de page

Voir aussi

Le bac des uns et le bac des autres

Culture
par ,

 lire   partager

Articles récents