La sécurité contre le sécuritaire

Dans un contexte d’état d’urgence post-attentats et face à un terrorisme mondialisé, la gauche peut-elle penser la sécurité sans tomber dans le sécuritaire ?

Ingrid Merckx  • 28 septembre 2016
Partager :
La sécurité contre le sécuritaire
© Photo : GERARD JULIEN/AFP

La sécurité est-elle le grand impensé de la gauche ? Les voix politiques se font très rares sur le sujet. Dans un contexte d’état d’urgence post-attentats et face à un terrorisme mondialisé, la gauche peut-elle penser la sécurité sans tomber dans le sécuritaire ?

LIRE >> Sécurité : Changer de stratégie

Les 30 septembre et 1er octobre, l’Appel des appels organise des journées sur le thème : « La sécurité est ailleurs ». Pour une partie des intervenants, les politiques sécuritaires ne protègent pas du danger, voire en ajoutent. Se profile le spectre de la surveillance de masse et de la dérive autoritaire. Les États-Unis font l’expérience d’un Patriot Act version light : le Freedom Act. Tandis que la Norvège oppose à la menace pacifisme et rédemption. Quelle est la voie de la France dans une Europe qui cherche sa stratégie ?

LIRE >> Sécurité : Comment font les autres  ?

Le gouvernement annonce 2 100 créations d’emplois à la Justice et 1 746 à l’Intérieur en 2017. Ces moyens sont-ils à la hauteur et déployés aux bons endroits ? En mars 1997, le Parti socialiste avait adopté le rapport de Bruno Le Roux et de Daniel Vaillant : « La sécurité pour garantir la cohésion sociale ». Ils envisageaient la sécurité comme « une coproduction entre les services publics, les polices municipales réglementées, les gardiens d’immeuble ou les gardes privés, les travailleurs sociaux et les associations ; mais aussi avec la population ».

LIRE >> Sécurité : « Il faut repenser le travail de la réinsertion »

Quelle coproduction aujourd’hui quand le sécuritaire infantilise les citoyens  ? Secrétaire générale du Syndicat de la magistrature, Laurence Blisson juge nécessaire d’apporter une réponse à la fois répressive et éducative, et de repenser le travail de la réinsertion.

Société Police / Justice
Publié dans le dossier
La sécurité contre le sécuritaire
Temps de lecture : 2 minutes
Soutenez Politis, faites un don.

Chaque jour, Politis donne une voix à celles et ceux qui ne l’ont pas, pour favoriser des prises de conscience politiques et le débat d’idées, par ses enquêtes, reportages et analyses. Parce que chez Politis, on pense que l’émancipation de chacun·e et la vitalité de notre démocratie dépendent (aussi) d’une information libre et indépendante.

Faire Un Don

Pour aller plus loin…

Geraldine, femme trans et travailleuse du sexe « a été tuée, et demain, ça pourrait être moi »
Reportage 17 juillet 2024 abonné·es

Geraldine, femme trans et travailleuse du sexe « a été tuée, et demain, ça pourrait être moi »

Au rassemblement organisé le 16 juillet à Paris, les personnes trans proches de Géraldine, 30 ans, tuée dans la nuit du 8 au 9 juillet, ont témoigné des violences et des propos transphobes qu’elles subissent au quotidien.
Par Hugo Boursier
Pauvreté : « Tous les indicateurs sont mauvais »
Précarité 12 juillet 2024

Pauvreté : « Tous les indicateurs sont mauvais »

La précarité progresse en France, comme en témoignent les dernières données publiées par l’Insee. Manuel Domergue, directeur des études de la Fondation Abbé Pierre, tire la sonnette d’alarme.
Par Maxime Sirvins
« Désormais tout commence »
Enquête 10 juillet 2024

« Désormais tout commence »

Une mobilisation historique de la société civile a permis au Nouveau Front populaire de déjouer les pronostics le 7 juillet. Malgré cette première victoire, tous et toutes appellent à la vigilance et à la construction d’un vrai mouvement de fond pour contrer l’extrême droite.
Par Pierre Jequier-Zalc
À Villers-Cotterêts, un électorat RN (très) décomplexé
Reportage 10 juillet 2024

À Villers-Cotterêts, un électorat RN (très) décomplexé

Dirigée par le parti d’extrême droite depuis dix ans, la commune des Hauts-de-France a voté à 47 % pour Jordan Bardella aux élections européennes. Jocelyn Dessigny, lui aussi du RN, élu député au premier tour, a recueilli 53 % des voix des électeurs de la 5e circonscription de l’Aisne. Nous sommes allés à leur rencontre.
Par Tristan Dereuddre