La voiture au garage !

Malgré les exigences de mobilité douce, les impératifs sanitaires et le volontarisme de certaines municipalités, d’autres font aussi machine arrière et le combat contre l’auto est loin d’être gagné.

Vanina Delmas  • 28 septembre 2016 abonné·es
La voiture au garage !
© Photo : PHILIPPE LOPEZ/AFP

L’avenue des Champs-Élysées, ses boutiques, son Arc de triomphe et ses badauds. La place du Châtelet à Paris, son théâtre, sa fontaine et ses terrasses de café. Les quais de Seine, les bouquinistes et la vue sur Notre-Dame-de-Paris. Un dimanche banal dans la capitale… ou presque. En tendant l’oreille et en ouvrant les yeux, manquent deux éléments : le bruit et les voitures. Pour la deuxième année consécutive, la mairie de Paris a proposé une Journée sans voitures aux citadins, sur une zone d’environ 38 km2. Quelques dérogations étaient accordées, en particulier pour les véhicules d’urgence, les riverains ou les taxis, mais les piétons et les vélos étaient rois. Une démarche saluée par les écocitoyens et les associations environnementales, comme le Réseau action climat (RAC). « Ce type d’initiative nous semble utile pour révéler la ville autrement,commente Lorelei Limousin, la responsable des politiques de transports de l’association. Bien sûr, cela ne doit pas seulement être un coup de com’ et cela nécessite dans le même temps une politique de mobilité plus ambitieuse, plus pérenne sur le terrain. »

Pour certains, cette journée semble anecdotique, notamment parce que les transports en commun n’étaient pas gratuits et que peu d’alternatives étaient proposées aux irréductibles automobilistes. Mais elle s’inscrit dans une démarche globale de la maire de Paris : circulation alternée en

Envie de terminer cet article ? Nous vous l’offrons !

Il vous suffit de vous inscrire à notre newsletter hebdomadaire :

Vous préférez nous soutenir directement ?
Déjà abonné ?
(mot de passe oublié ?)
Écologie
Temps de lecture : 8 minutes

Pour aller plus loin…