Piratage : Yahoo fuit de partout

Plus de 500 millions de comptes d’utilisateurs ont été piratés fin 2014.

Cet article est en accès libre. Politis ne vit que par ses lecteurs, en kiosque, sur abonnement papier et internet, c’est la seule garantie d’une information véritablement indépendante. Pour rester fidèle à ses valeurs, votre journal a fait le choix de ne pas prendre de publicité sur son site internet. Ce choix a un coût, aussi, pour contribuer et soutenir notre indépendance, achetez Politis, abonnez-vous.


C’est un piratage d’une ampleur importante qu’a reconnu le 22 septembre l’opérateur de services Internet Yahoo. Plus de 500 millions de comptes d’utilisateurs ont été piratés fin 2014. Un vol de données comprenant des noms, des adresses mails, des numéros de téléphone, des dates de naissance et des mots de passe cryptés. Yahoo soupçonne un « agent piloté par un État » qui entendrait revendre des données personnelles.

Il aura fallu près de deux ans au groupe pour annoncer cette attaque informatique, au pire moment puisqu’il pourrait être racheté par l’opérateur téléphonique américain Verizon, pour plus de 4 milliards d’euros. Lequel compte bien profiter de ces déboires pour revoir son acquisition à la baisse.


Haut de page

Voir aussi

Articles récents

Campagne d’appel à dons

Appel à dons : Politis a besoin de vous !
Consultez la page dédiée à la campagne

YesYes se tient plus que jamais à votre service !

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notifications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.