Dossier : 13 novembre : Comment avons-nous résisté ?

Après les attentats, de fragiles fragments de mémoire

Bougies, dessins d’enfants, petits mots… Des chercheurs travaillent à conserver les objets déposés sur les lieux des attentats, transformant l’éphémère en document d’histoire.

Il ne reste plus rien (ou presque) devant le Bataclan, ni aux abords des cafés mitraillés le 13 novembre 2015 par le sinistre « commando des terrasses », de ces milliers de messages multiformes déposés par des Parisiens, des banlieusards ou des provinciaux, de passage ou riverains, dès l’aube du 14 novembre, le sang à terre à peine séché, les vitrines encore perforées par les balles. Depuis les tueries à Charlie Hebdo et à l’Hyper Cacher, en janvier 2015, la place de la République était déjà devenue un…

Il reste 89% de l'article à lire.

   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Je choisis un pack
Achetez un pack de crédits
pour accéder à cet article.
Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents