« Soulèvements », au Jeu de Paume : Esthétique de l’insoumission

Le Jeu de Paume présente une exposition foisonnante autour de la représentation des soulèvements dans l’histoire, dans leurs forces psychiques, corporelles et sociales.

Voilà des lois de la nature et de l’atmosphère qui se déchaînent, des surfaces qui volent en éclats, des lumières qui explosent, un temps qui sort de ses gonds. C’est parfois un ruban qui se dresse, soufflé par le vent, une table qui semble flotter dans l’air (Roman Signer, 2005). Mais plus que la nature, comparée à des ouragans, c’est souvent l’imagination qui domine en matière de soulèvements. Exemple frappant : Los Caprichos (Les Caprices) de Goya (1799), violent et âpre dessin où les corps décharnés,…

Il reste 89% de l'article à lire.

   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Je choisis un pack
Achetez un pack de crédits
pour accéder à cet article.
Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents