Clivage : Migrants, querelles de chiffres

Deux lignes s’opposent. Celle de Manuel Valls, et celles de Vincent Peillon et de Benoît Hamon, plutôt critiques sur l'action du gouvernement et de l’Europe.

Si, avant le début de la campagne des primaires, les voix se faisaient plutôt silencieuses dans le camp socialiste au sujet des migrants, l’échéance électorale devient l’occasion pour les candidats de marquer leurs divergences. Le deuxième débat télévisé de dimanche après-midi en a donné la preuve. Deux lignes s’opposent. Celle de Manuel Valls, pour qui « l’Europe, ce sont des frontières ». Et celles de Vincent Peillon et de Benoît Hamon, plutôt critiques sur la frilosité du gouvernement et de l’Europe en…

Il reste 86% de l'article à lire.

   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Je choisis un pack
Achetez un pack de crédits
pour accéder à cet article.
Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents