Quand tout est simple

Pour Gilles Kepel, « le concept d’islamophobie joue un rôle essentiel dans le jihad ».

L’hebdomadaire Charlie Hebdo a publié dans son dernier numéro un très (très) long entretien avec le dénommé Gilles Kepel, « directeur de la chaire Moyen-Orient-Méditerranée à l’École normale supérieure [^1] ». Ce personnage ne nous est pas complètement inconnu : on lui doit par exemple, comme le rappelle très opportunément François Burgat dans son dernier livre [^2], d’avoir conjecturé dès l’an 2000 « le déclin des mouvements islamistes, un phénomène aussi spectaculaire qu’inattendu ». Puis d’avoir…

Il reste 84% de l'article à lire.

   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Je choisis un pack
Achetez un pack de crédits
pour accéder à cet article.
Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents