Une salle de conso (déjà) ordinaire à Paris

Trois mois après son ouverture, le premier espace de consommation à moindre risque de France reçoit deux cents personnes par jour. Avec déjà des bienfaits pour le quartier et les usagers.

Le 11 octobre 2016, la première salle de consommation à moindre risque (SCMR) de France ouvrait ses portes à deux pas de la gare du Nord, accolée à l’hôpital Lariboisière [^1]. Une implantation volontaire et réfléchie au cœur de ce quartier populaire de Paris, depuis près de dix ans « scène ouverte » de consommation et de trafic de stupéfiants, principalement de crack et de médicaments psychotropes opiacés détournés, Skenan et Subutex en tête [^2]. Les SCMR sont des dispositifs bien connus parmi l’éventail…

Il reste 93% de l'article à lire.

   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

À quoi bon le Moyen Âge ?

Société accès libre
par ,

 lire   partager

Articles récents

Campagne d’appel à dons

Appel à dons : Politis a besoin de vous !
Consultez la page dédiée à la campagne

YesYes se tient plus que jamais à votre service !

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notifications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.