Yémen : des ambitions régaliennes rivales

Spécialiste du Moyen-Orient, Franck Mermier revient ici sur une situation marquée par l’affrontement entre les partisans de l’ex-président Saleh, chassé par la révolution de 2011, et ceux de son successeur, soutenu par l’Arabie saoudite.

Deux ans après l’arrestation du président Abd Rabbo Mansour Hadi et la dissolution du Parlement à Sanaa, la guerre fait toujours rage au Yémen. Par un renversement d’alliance qui montre la relativité du facteur idéologique, les houthistes, se réclamant du zaydisme [^1], s’étaient alliés à l’ex-président Saleh, qui les avait férocement combattus entre 2004 et 2010, et contre lequel ils manifestaient durant la révolution yéménite de 2011. Leur premier dirigeant, Hussein Al-Houthi, avait créé l’organisation…

Il reste 91% de l'article à lire.

   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Je choisis un pack
Achetez un pack de crédits
pour accéder à cet article.
Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents